Mon Sport Bien Etre

Email

Comment soulager une tendinite ?

douleur-tendinite

Le tendon – définition anatomique

Articles recommandés
Méthode simple pour construire un petit déjeuner idéal
petit-dejeuner-sain

Et toi, tu manges quoi au petit-déjeuner ? Le petit-déjeuner, le repas débat de l’alimentation santé ! Beaucoup de questions à Lire la suite

La synergie entre CBD et naturopathie pour une santé optimale
cbd-naturopathie

Le CBD (ou cannabidiol) est une molécule extraite du chanvre, qui suscite de plus en plus d'intérêt pour ses bienfaits Lire la suite

Le tendon est un faisceau fibreux intercalé entre le muscle et l’os. C’est l’élément qui attache un muscle à l’os.  Donc d’un côté il est attaché à l’os et de l’autre au muscle.

C’est un organe de transmission qui permet de diffuser l’énergie musculaire au levier osseux.

Les tendons sont très résistants à la traction mais peu extensible (l’allongement tendineux est de l’ordre de 2 à 3% de sa longueur de repos).

Les tendons sont donc souvent les « premiers remparts » de l’articulation. Ils sont là pour la protéger.

Celui qu’on voie le mieux dans le corps le tendon d’Achille.

De quoi est composé le tendon ?

Il est composé de tissus conjonctifs (ce sont des cellules qui se regroupent entre elles pour assurer des fonctions notamment de support ou de charpente) constitués de 3 éléments pour le tendon :

​Des fibres de collagène

Le tendon, tissu conjonctif fibreux, très dense est formé de faisceaux parallèles de fibres de collagène. Le collagène est une protéine représentant approximativement un tiers du total des protéines du corps. C’est à la base de la majorité des matrices organiques des os et des cartilages ; c’est le principal support mécanique du corps avec quelques fibres élastiques appelés élastine qui est beaucoup plus présente dans les ligaments.

De cellules appelées fibrocytes et fibroblastes

Elles activent la réparation, la cicatrisation…

De substance fondamentale.

Substance gélatineuse homogène qui occupe l’espace entre les fibres et les cellules de tendon. Elle agit comme une substance similaire au ciment entre les micro-fibrilles de collagène, elle peut aider à stabiliser le squelette du tendon et contribue à sa résistance globale. (Une matière solide composée de longues chaines d’acides aminés et de glycoprotéines)

L’ensemble des affections atteignant les tendons sont rassemblées sous le terme global de tendinopathie. La tendinite, qui nous intéresse particulièrement ici, est caractérisée par une inflammation du « corps » du tendon.

Il existe d’autres tendinopathies dont voici quelques exemples :

  • Tendinose : dégénérescence du tendon mais sans inflammation.
  • Enthésopathie : atteinte inflammatoire de l’enthèse (tendinite d’insertion)
  • Paratendinite : inflammation de la gaine conjonctive du tendon.
  • Rupture : partielle ou totale.
  • Tendomyose : inflammation du tendon et du muscle.
  • Ténopériostite : inflammation du tendon et de l’os au niveau périostique.
  • Ténosynovite : inflammation de la gaine synoviale du tendon.

douleur-tendinite

Pourquoi mes tendons se dégradent ?

Les tendons se dégradent généralement à la suite d’une sollicitation trop intense ou trop prolongée. Les fibres de collagènes s’abiment et tentent de se réparer ce qui les désorganisent et donnent lieu à des phénomènes cicatriciels qui vont devenir pathologiques. Les causes peuvent être variées mais la plus fréquente reste la surcharge du tendon par des gestes répétés. Cela peut s’observer chez certains sportifs ou des personnes qui effectuent des gestes répétitifs dans le cadre de leur métier.

Il existe différentes causes possibles celles propres à l’individu dites intrinsèques et extérieures à ce dernier ou extrinsèques.

Quelles sont les causes intrinsèques ?

Ces causes propres à la personne sont les suivantes :

  • L’âge,
  • Le sexe : touche d’avantage les hommes,
  • L’hérédité,
  • Le surpoids,
  • La sédentarité,
  • Les maladies métaboliques (diabète, cholestérol…),
  • Les troubles morphologiques et statiques (pieds creux, pieds plats…).

Quelles sont les causes extrinsèques ?

Ces causes extérieures provenant de l’environnement ou d’habitudes de vie sont notamment :

  • Une pratique intensive d’un sport (manque d’échauffement, mauvaise maîtrise d’un geste…)
  • Un matériel nouveau ou inadapté (nouvelle raquette de tennis non adaptée au joueur par exemple)
  • Des gestes répétitifs (métiers manuels, travail à la chaîne, sportif de haut niveau…)
  • La déshydratation
  • L’alimentation (alimentation trop acide qui amène des toxines dans les tendons)
  • Les médicaments : antibiotiques ++
  • La fatigue,
  • Le stress,
  • Le tabagisme…

Comment traiter une tendinite ?

C’est le médecin qui posera le diagnostic et préconisera les étapes à observer. Généralement cela débute par une phase de repos. Ensuite la reprise du travail musculaire excentrique sera le plus souvent encadré par un kinésithérapeute, car cela peut aider à améliorer les douleurs de tendinite. Le but est de remettre en charge progressivement le tendon, afin de « réorganiser » les fibres. Les exercices proposés ne se font qu’à partir du moment où l’étirement musculaire n’est pas douloureux. Dès lors, les exercices se font tous les jours, en augmentant progressivement la charge et la fréquence des entraînements. La personne atteinte de tendinite doit collaborer et être assidue à un certain nombre d’exercices à réaliser à la maison. Tout cela permet une diminution du volume du tendon, une diminution de la douleur et un retour plus rapide à une fonction normale.

tendinite

Quelles sont les solutions pour calmer la douleur qui peuvent être envisagées ?

Le froid pour calmer la douleur

Mode d’emploi : appliquer le froid dès que l’on a mal, en utilisant un sachet de petits pois surgelés ou un pack réutilisable à placer au congélateur – il ne sera pas disposé directement sur la peau mais à travers un linge.

Laisser poser 10 à 15 minutes, retirer si la glace provoque une douleur, car il y a un risque de brûlure et répéter trois à quatre fois par jour.

Les huiles essentielles

La lésion entraîne une réaction inflammatoire autour du tendon.

Pour calmer l’inflammation et la douleur, l’idéal est d’associer des huiles essentielles (HE) aux vertus anti-inflammatoire et antalgique et de masser la zone douloureuse. L’huile essentielle de gaulthérie contient les mêmes composants que l’aspirine et l’HE de genévrier ou de romarin, antalgique et circulatoire.

Le fait de masser permet de revasculariser le tendon pour favoriser sa régénération.

Les huiles essentielles sont une aide précieuse mais attention aux contre-indications les vérifier avant toute utilisation.

Mode d’emploi : Diluer les HE à 30 %, soit 3 gouttes du mélange des huiles essentielles dans 10 gouttes d’huile végétale, si possible de millepertuis, qui améliore la microcirculation et favorise la cicatrisation. Attention, cette dernière est photo sensibilisante, ne pas exposer la zone au soleil pendant 24 heures !

soulager-tendinite

Le cataplasme d’argile

L’argile est intéressante quand la tendinite s’accompagne de chaleur, gonflement, rougeur… ou quand la douleur se réveille dès que l’on étire la zone touchée.

Il existe des bandes prêtes à l’emploi à humidifier et à mette sur la zone, c’est d’une telle praticité.

À utiliser par exemple en alternance avec le froid pour calmer la douleur aiguë des premiers jours.

Mode d’emploi : Le plus pratique est d’acheter de la pâte d’argile verte en tube ou des bandes d’argile prêtes à l’emploi vendues en pharmacie, parapharmacie ou magasin bio.

Appliquer une couche épaisse sur la zone concernée et recouvrir d’une bande en faisant deux ou trois tours sans trop serrer pour maintenir en place.

Garder le cataplasme une bonne heure, une fois par jour pendant un minimum de quatre à cinq jours d’affilés.

Comment prévenir la tendinite ?

Tout ce que je viens de décrire ci-dessus permet d’agir sur le symptôme en lui-même et généralement le médecin a déjà répondu à cette problématique.

Mon travail à moi consiste à prévenir les tendinites, éviter qu’elles ne se reproduisent ou diminuer leur nombre et leur intensité en travaillant sur les causes de la tendinite.

La tendinite, comme toutes les pathologies en « -ITE » est liée à l’inflammation.

L’inflammation, c’est quoi ?

Pour moi, elle est synonyme d’un déséquilibre dans le corps, un déséquilibre acido-basique qui génère une acidose (acidité présente).

Pour l’imager, j’aime comparer avec le pH d’une piscine à équilibrer en fonction des variations extérieures et intérieures. Le chiffre 0 correspond à « très acide » et 14 « très basique » ou « alcalin ».

Nous, notre pH correspond à celui de notre sang qui est situé à 7,4. Pour le maintenir à 7,4 – le corps s’adapte, les variations sont entre 7,38 et 7,42.

Dans notre corps, nous avons des endroits + acide (estomac) ou + alcalin (intestin grêle) mais notre sang doit lui se maintenir et c’est en cela que l’on parle d’acidité. Pour maintenir ce taux de pH du sang, il devra selon les variations aller se servir dans des endroits du corps pour « tamponner » l’excès d’acide ou le manque de base.

Le corps est une machine merveilleuse : nous avons des facultés d’adaptation incroyables mais à force d’adaptation en cas d’inflammation, le corps crée de petits cristaux à éliminer. Lorsque ces cristaux sont en trop grand nombre par rapport aux facultés d’élimination du corps alors il y a une surcharge. Ces cristaux en surnombre vont occasionner de l’inflammation en venant se loger aux endroits les plus sensibles pour chacun d’entre nous comme les tendons qui nous intéressent ici. Mais pas seulement, cela peut être partout dans le corps à l’endroit d’une de nos fragilités organiques.

Quand notre organisme fonctionne de manière optimale, notre acidité est rejetée naturellement par :

  • les poumons grâce à l’air expiré,
  • les reins grâce à l’urine,
  • la peau par le biais de la transpiration,
  • le foie et l’intestin par l’élimination des selles.

Mais lorsque ça déraille d’abord le corps utilise les minéraux stockés dans les cheveux, les dents, la peau, les os c’est ce qu’on appelle le « système tampon » et lorsque cela ne suffit toujours pas les cristaux se logent en un endroit afin d’être stockés en attente … Cet endroit sera un endroit lipidique (gras) généralement des tissus qui entourent les fibres de collagène et qui seront dans l’incapacité de recevoir des nutriments ou autrement dit ils ne recevront plus de nourriture. L’attente crée donc cette fameuse inflammation latente qui a un moment donné va piquer et donner de la douleur, des gonflements, de la rougeur…

Pourquoi deux personnes ayant les mêmes activités : l’une déclenchera une tendinite et l’autre non ? Tout simplement en raison de son environnement, de ses habitudes de vie et de sa constitution propre. Mais alors comment éviter cette inflammation ?

Comment reconnaître une acidification du corps qui se met en place ?

L’acidification du terrain peut jouer sur le développement des tendinites ou toute autre pathologie inflammatoire.

Les signes d’acidification sont notamment :

  • Une transpiration excessive
  • Des affections cutanées récurrentes (eczéma psoriasis démangeaisons)
  • Une peau très sèche
  • Une sécheresse vaginale
  • Des ongles striés, cassant ou qui se dédoublent
  • Des cheveux ternes, cassant,
  • Une perte de cheveux excessives
  • Des pellicules sèches
  • Une fragilité dentaire
  • Des gencives qui saignent
  • Une frilosité anormale dans les extrémités du corps
  • Des crampes courbatures, lumbagos et blessures à répétition
  • Une calcification et/ou déminéralisation osseuses
  • Des infections urinaires
  • Des calculs rénaux
  • Des sciatiques
  • Un épuisement
  • Des troubles du sommeil…

Le processus inflammatoire est plus intense et les tendinites se soignent moins bien dès que le pH du sang est un peu plus acide : on parle ici d’acidification du terrain. Une alimentation acidifiante peut donc aggraver le problème. À l’inverse, une assiette riche en minéraux, donc alcalinisante, favorise la cicatrisation.

Comment lutter contre l’inflammation ?

Pour lutter contre l’inflammation de bas grade, je propose toujours en première intention un changement alimentaire : MANGER DE MANIERE LE PLUS ALCALINISANT POSSIBLE

« Alcalinisant » signifie qui amène le + possible de nutriments disponibles et assimilables pour le corps et le moins d’acidité possible afin de pouvoir réduire l’inflammation de manière efficace et retrouver son équilibre.

Mode d’emploi : revenir aux bases pour l’alimentation – rien de foufou !!!

1/ Cuisiner maison et manger un maximum de produits frais et de saison

Notamment des fruits et légumes, ainsi que des oméga-3 dans les petits poissons – huile végétale et fruits secs.

Attention aux produits transformés, trop gras et/ou trop sucrés, aux charcuteries et aux viandes grasses et ne pas abuser des produits laitiers qui apportent des toxines et acidifient l’organisme (selon nos capacités digestives et la provenance des produits laitiers).

Eviter l’excès de protéines animales et consommer moitié moitié protéines végétale et animale.

Boire beaucoup d’eau : 1,5l sans le sport ni le café ni le thé (qui sont déshydratants).

Notamment des eaux alcalinisantes (comme la Badoit, St Yorre, Hydroxydase, Hépar) et vous tourner vers la farine de patate douce, beaucoup moins acidifiante que le blé et la farine de blé industriels.

La douleur diminue dès trois semaines de changement de régime alimentaire.

On peut ajouter des jus de légumes pour la bio disponibilité rapide des nutriments contenus.

2/ Diminuer le stress ou les agents stressants car le stress est oxydatif

C’est comme une rouille qui s’installe petit à petit et crée de l’inflammation dans le corps. De plus, le stress consomme une grosse partie des minéraux disponibles pour pouvoir équilibrer les excès hormonaux du corps dans ces situations. (Magnésium calcium potassium etc…)

3/ La fatigue : avoir un sommeil de qualité est essentiel.

C’est la nuit que le corps se nettoie, se répare et se recharge.

4/ Lutter contre la sédentarité, le tabagisme, les médicaments, l’alcool, le café en trop grande quantité.

5/ Optimiser la respiration grâce à des exercices respiratoires.

Vérifier la posture au travail et aérer les pièces car un air pollué n’aide pas à respirer correctement.

La respiration est un outil qui permet de rejeter des acides par les poumons, ainsi une mauvaise respiration engendre un excès d’acides non évacués que le corps va devoir gérer. Le sport permet également d’augmenter le travail respiratoire et l’expiration sans oublier la transpiration.

Et les compléments alimentaires ont-ils une utilité pour les tendinites ?

Les compléments alimentaires sont possibles et utiles mais toujours sous l’œil bienveillant d’un professionnel de santé ou du bien-être. Toutefois ils ne doivent pas être LA solution. La seule chose qui permettra une réelle amélioration sur le long terme reste et restera les changements d’hygiène de vie petit à petit mais durables.

Je ne suis pas une extrémiste en matière alimentaire mais il me paraît primordial de revenir à l’essentiel le plus souvent possible avec du bon sens. Je me pose régulièrement la question de savoir à quel moment nous a-t-on fait croire que préparer un repas sain était une perte de temps ? Comme toujours ce genre de questionnement emmène la réflexion bien plus loin que la tendinite alors je vais rester à notre préoccupation principale ici.

Les compléments alimentaires qui peuvent être utiles en cas de tendinites :

La glycine + les peptides de collagènes

La glycine est essentielle pour reconstruire le collagène des tendons et articulations. En complément avec le peptide de collagène qui vont aider le corps à puiser les nutriments dans l’alimentation (comme les acides aminés) d’où l’importance d’une alimentation adaptée. Le collagène est de plus en plus rare dans notre alimentation moderne. On le retrouve dans le bouillon d’os, le jaune d’œuf, la gélatine, la peau des poissons ou les carapaces des crustacés que l’on peut préparer en bouillon ou sauce.

La curcumine

Ensuite la curcumine est un puissant anti inflammatoire mais si vous prenez des médicaments en parler avec votre médecin car des contre-indications existent notamment si vous êtes sous anti coagulant, en cas d’hypertension ou de pathologie chronique etc….

Les Omégas 3

Les Omégas 3 aux bienfaits reconnus pour les articulations c’est impératif… c’est comme mettre de l’huile dans les rouages d’une machine ! On en trouve de plus en plus rarement dans nos assiettes également petits poissons gras (sardines maquereaux hareng anchois), noix, huile végétale, graines de chia …

Vous pouvez vous complémenter en oméga-3. Cela permet de stimuler la synthèse du collagène et protège donc nos tendons et notre cartilage.

Mon amour inconditionnel pour le plasma de quinton et l’ortie qui sont pour moi des incontournables de la naturopathie. Reminéralisant, tonique complet… Ils apportent de nombreux micro nutriments directement assimilables par l’organisme.

Vérifier votre statut en vitamine D grâce à une prise de sang et si besoin se complémenter en vitamines « D3 + K2 » mais attention aux personnes sous anti coagulant pour la K2 en parler avec le médecin avant toute prise de compléments alimentaires.

Certes en lisant tout ceci, vous pouvez vous dire que cela fait énormément de choses à faire pour éviter les tendinites mais ici il s’agit d’aller plus loin et d’évoquer une hygiène de vie globale. La tendinite est le symptôme d’un mal plus profond, qui est en dormance, l’inflammation de bas grade. Cette inflammation qui fait le nid des maladies dites « de civilisation ». Ces pathologies connaissent un essor fulgurant depuis ces dernières années en raison de notre mode de vie et de notre environnement de vie qui exacerbent nos fragilités.

Eh oui il faut bien comprendre qu’aujourd’hui nous vivons plus vieux mais en moins bonne santé !

Alors qu’aujourd’hui, nous avons accès à de nombreux outils simples pour agir soi-même.

A méditer !

A propos